Pour couper habilement la tête à un escargot, on le tient de la main gauche par la coquille, on pose un des taillants d’une paire de grands ciseaux sous sa gorge, et on lui laisse le temps de revenir de ce premier attouchement. Lorsqu’il allonge bien le cou, lorsque ses cornes paraissent pleines de la liqueur noirâtre qui semble être le principe le plus actif de son sentiment, on rapproche peu à peu les ciseaux, jusqu’à ce que la branche supérieure soit presque sur le cou du reptile [sic], derrière les grandes cornes. Alors, serrant vivement les doigts, on lui abat la tête en arrière, avec autant de célérité qu’on en pourrait mettre à prononcer la lettre A.

_____

(À suivre prochainement)