MASQUES3
 

SOURIRES

 

_____

 
 

En ce temps-là, vivaient sur la boule terrestre des êtres curieusement bâtis ; comme les humains d’autrefois, ils avaient des jambes, des bras, un ventre, une poitrine, mais leur tête sans cheveux affectait la forme du citron : deux trous, deux hublots rappelaient les yeux de jadis ; quant au nez, il se terminait en longue saucisse de soixante centimètres, il se réduisait à une sorte de trompe caoutchoutée. Ces bipèdes, mi-hommes, mi-animaux, semblaient provenir de « l’Île du Docteur Moreau » que Wells a décrite dans toute son horreur.

Les journaux de 1933 reproduisaient souvent les photos de quelques spécimens de cette humanité inférieure ; les Hurons, dont on dit qu’ils portaient le crâne allongé et le nez proéminent, étaient des chefs-d’œuvre de beauté comparativement aux nouveaux Chevaliers de la Hure, embrigadés dans l’ordre militaire qui se préparait à la guerre des gaz…

Les Japonais, les Russes, les Allemands furent les premiers peuples métamorphosés en porcs épiques… Chez eux l’âge de fer – ou débordement de tous les excès et de tous les crimes – était plutôt l’âge du « groin »… Peu à peu, les chimistes du monde entier tirant la sonnette d’alarme, tous les habitants de la planète adoptèrent le masque qu’ils ne quittaient sous aucun prétexte. Et dès 1940 toutes les villes, tous les villages des cinq continents furent remplis d’hommes et de femmes dégénérés qu’un savant martien, en visite chez nous, catalogua sans hésiter dans la race porcine.

C’en était fait de l’élégance et de la fierté des fils d’Adam et des filles d’Ève ! Le Progrès, le merveilleux Progrès que chacun célébrait jadis, sombrait dans l’animalisation obligatoire des citoyennes et des citoyens. Pour conserver la vie, pour respirer librement, il fallait devenir goret… ou gorette… Et c’est en vain qu’un chapelier célèbre essaya de lancer une coiffure féminine : la cochonnette… Il n’eut pas plus de succès que ce parfumeur illustre qui prétendit habituer ses clientes aux fards passés sur les groins…

Abomination de la désolation prévue par le Prophète : les hommes, honteux de leurs découvertes diaboliques, se cachaient sous un masque de carnaval, et Dieu sait que ce déguisement n’annonçait pas des périodes de réjouissances publiques…

Grâce à la Science, les peuples rassasiés arrivaient au porc
 

LE PETIT GRÉGOIRE

 
 
MASQUES4
 

_____

 
 

(in L’Ouest-Éclair, journal républicain du matin, trente-cinquième année, n° 13426, jeudi 10 août 1933)