Entre 1899 et 1908, Gustave Le Rouge a fourni régulièrement des feuilletons au Signal quotidien, politique et littéraire d’Eugène Réveillaud, qui deviendra Le Signal, journal quotidien du soir, à partir de septembre 1905. Nous retrouvons ainsi quelques-uns de ses romans les plus connus, notamment « Le Prisonnier de la planète Mars » en préoriginale. Quatre d’entre eux lui sont attribués, dont un en collaboration avec Gustave Guitton ; trois autres sont signés d’un pseudonyme déjà identifié : Gustave Guirou [Guiton-Le Rouge] et Major Carl Bell ; le dernier, présenté comme l’adaptation d’un roman américain, est signé d’un pseudonyme encore inconnu de Gustave Le Rouge : Docteur Arden Grönndall.

Nous avons fait suivre chaque référence de publication d’une bibliographie sommaire. Elle ne prétend pas à l’exhaustivité ; elle a simplement pour objet de rappeler l’historique de chaque roman, Gustave Le Rouge ayant multiplié les pseudonymes et les changements de titres.

Nous avons déjà souligné, dans une notice de présentation de la nouvelle « L’Impossible, » reprise dans la revue Le Visage Vert, que Guitton et Le Rouge, à partir des années 1898-1899, s’étaient livrés à une véritable « mutualisation » de leurs productions, chacun signant indifféremment, ou conjointement, des textes écrits par l’un ou l’autre. Nos recherches nous ont permis en outre d’identifier formellement plusieurs autres pseudonymes inconnus utilisés régulièrement par Le Rouge ; nous verrons bientôt que l’œuvre de Gustave Le Rouge, déjà conséquente, a atteint des proportions encore insoupçonnées…
 

MONSIEUR N

 

 
1. « La Maison du calvaire, roman inédit » [22 livraisons] – signé G. Guitton et Le Rouge

☞ 21ème année, 2e série, du n° 1498, jeudi 9 février 1899 (1) au n° 1524, samedi 11 mars 1899 (22)
 

Ce roman a été repris sous la signature de Gustave Guirou dans La Semaine illustrée, lectures pour le dimanche, deuxième année, en 9 livraisons, du n° 45, dimanche 5 novembre 1899 (1) au n° 53, dimanche 31 décembre 1899 (9).

Sous le nom de Gustave Le Rouge et le titre « Le Fils du naufrageur » : Paris : éditions Nilsson, « Les Romanciers modernes, » 2e série, n° 25, 1916 ; Paris : éditions Jules Tallandier, « Le Livre de poche, » 2e série, n° 114, 1926, puis n° 149, 1930 ; Paris : éditions du Livre national, 1930.

Sous le titre « Un Drame au bord de la mer » : Paris : Imp. E. Ramlot et Cie, « Hebdo-Romans, » n° 14, série rouge, 1931 [édition abrégée].
 
 

 

 

 
 

 

2. « Le Montbars » [21 livraisons] – signé Gustave Guirou

☞ 21ème année, 2e série, du n° 1613, mercredi 28 juin 1899 (1) au n° 1634, dimanche-lundi 23-24 juillet 1899 (21)
 

Ce roman est la reprise d’ « Un Crime en province, » paru sous la signature de G. Guitton-Le Rouge, en 10 livraisons dans La Semaine illustrée, lectures pour le dimanche, deuxième année, du n° 13, dimanche 26 mars 1899 (1) au n° 22, dimanche 28 mai 1899 (10).

Sous le titre « Le Mystère de Blocqueval, » et sous la signature de G. Le Rouge, il a fait l’objet en 1912 d’au moins trois publications (et sans doute davantage) comme volume-prime hebdomadaire, « Les Romans pour tous, » n° 4 : Toulouse, Libraire du Midi socialiste ; Brest : La Dépêche de Brest ; Bordeaux : édition de Bordeaux pour les Cafés Campinas.

Paris : éditions Jules Tallandier, « Le Livre de poche, » 3e série, n° 99, 1929 ; Paris : éditions du Livre national, 1929.

Sous le titre « Qui a tué ? » signé Pierre de Volney, Paris : Imp. E. Ramlot et Cie, « Hebdo-Romans, » n° 12, série rouge, 1931.
 
 

 

 

 
 

 

3. « Le Voleur de visages » [48 livraisons] – signé Gustave Le Rouge

☞ 25ème année, 2e série, du n° 3090, mardi 19 avril 1904 (1) au n° 3141, dimanche-lundi 19-20 juin 1904 (48)
 

Paris : Albert Méricant, « Nouvelle Collection illustrée, » n° 355, 356, 357 et 358, 1904. « Le Voleur de visages » a été intégré par la suite au Mystérieux Docteur Cornélius, 1912-1913.
 
 

 

 

 
 

 

4. « La Reine des éléphants » [23 livraisons] – signé Le Rouge

☞ 26ème année, 2e série, du n° 3530, samedi 16 septembre 1905 (1) au n° 3553, vendredi 13 octobre 1905 (23)
 

Reprise du feuilleton encore en cours de publication, sous le pseudonyme de Major Carl Bell, dans la revue Mon Théâtre, en 24 livraisons, du 15 décembre 1904 (1) au 1er décembre 1905 (24).

Sous la signature de Gustave Le Rouge : Paris : éditions Fayard, « Mon Beau Livre, » n° 6, 1906 ; Paris : Albert Méricant, sd.

Comme « Le Mystère de Blocqueval, » cette fois sous le pseudonyme du Major Carl Bell et le titre : « Bakaloo, » il a fait l’objet en 1912 d’au moins une publication (et sans doute davantage) comme volume-prime hebdomadaire, « Les Romans pour tous, » n° 8 : Toulouse, Libraire du Midi socialiste.
 
 

 

Sous le titre « Les Aventures d’un vieux savant » : Paris : Cité du bon Livre, Bottereau éd., « Mignon-Roman, » n° 50, 1914.
 
 

 

 

 
 

 

5. « Les Écumeurs de la pampa » [26 livraisons] – signé Gustave Le Rouge

☞ 27 ème année, 2e série, du n° 3662, mardi 20 février 1906 (1) au n° 3692, mardi 27 mars 1906 (26)
 

Paris : Albert Méricant, « Nouvelle Collection illustrée, » n° 421 et 422, 1905 ; Paris : Imp. E. Ramlot et Cie, « Hebdo-Romans, » n° 26, série rouge, 1931 [édition abrégée] ; Paris : éditions Jules Tallandier, « Les Chevaliers de l’aventure, » section bleue, 1ère série, n° 47, 1933.
 
 

 

 

 
 

 

6. « Les Prisonniers de la planète Mars » [26 livraisons] – signé Major Carl Bell

☞ 27 ème année, 2e série, du n° 3706, jeudi 12 avril 1906 (1) au n° 3733, mardi 15 mai 1906 (26)
 

Sous la signature de Gustave Le Rouge : Paris : Albert Méricant, illustrations de H. Thiriet, « Le Roman d’aventure, » n° 4 [1908]

Sous le titre « Le Naufragé de l’espace » : Paris : Albert Méricant, « Les Récits mystérieux, » n° 8, 1912 ; Paris : Larousse, « Contes et romans pour tous, » série beige et or, n° 2, 1927.
 
 

 

 

 
 

 

7. « Un Drame sous-marin » [33 livraisons] – signé Major Carl Bell

☞ 28 ème année, du n° 3984, du mardi 12 mars 1907 (1) au n° 4019, mardi 23 avril 1907 (33)
 

Avec Gustave Guitton : « Le Sous-marin « Jules Verne, » Paris : Albert Méricant, « Nouvelle Collection illustrée, » n° 281 et 282, 1903.

Sous la seule signature de Gustave Guitton, « La Captive des flots, roman d’aventures sous-marines, » illustrations de Lortac, Paris : R. Roger et F. Charnoviz, 1913.

Sous la signature de Gustave Le Rouge : « Un Drame sous-marin, » Paris : éditions Jules Tallandier, « Grandes aventures et voyages excentriques, » section bleue, n° 369, 1931.
 
 

 

 

 
 

 

8. « La Fille du milliardaire » [52 livraisons] – signé Docteur Arden Grönndall

☞ 28ème et 29ème années, du n° 4203, vendredi 29 novembre 1907 (1) au n° 4257, dimanche-lundi 2-3 février 1908 (52)
 

Reprise de « La Conspiration des milliardaires, » signé G. Guitton-Le Rouge, Paris : A.-L. Guyot, « Aventures extraordinaires, » n° 503 et 504, 1899.