250 ANS1
 
 

L’expédition dirigée par le général soviétique Kopeliajew et qui a pour mission d’explorer certaines régions éloignées de la Sibérie orientale vient de faire une découverte extraordinaire. Elle a trouvé une colonie russe composée d’une quarantaine de personnes et vivant là, isolée, sans aucune communication avec le monde, depuis deux siècles et demi.

Ces Russes ont perdu la notion du temps ; ils n’ont pas de calendrier, mais fêtent tout de même Noël et Pâques selon une date approximative. Dans leurs prières, ils citent le nom du tsar Alexis Michaïlovitch, le second Romanoff, prédécesseur de Pierre le Grand. Ils n’ont pas de chef, mais leurs décisions, pour toute question concernant leur petite communauté, sont prises à la majorité des voix.

Ajoutons qu’ils parlent la langue russe employée à la fin du dix-septième siècle et sur laquelle on pourra ainsi recueillir d’intéressants renseignements.
 
 

_____

 
 

(in Le Gaulois littéraire et politique, n° 17883, mardi 21 septembre 1926 ; repris dans L’Ouest-Éclair, journal républicain quotidien, n° 9100, mercredi 22 septembre 1926 ; illustration d’Horace Castelli pour « Le Capitaine Tempête » d’Adrien Robert, 1867)