SERP
 

– Un bûcheron du comté de Warwick, après avoir abattu un vieux frêne, se mit à le débiter par morceaux. En procédant à cette opération, il trouva dans le cœur de l’arbre, à environ 9 pieds de hauteur, le crâne d’un animal inconnu dans le pays. Le bois qui l’entourait était parfaitement sain, de même que l’écorce ; et rien ne pouvait faire conjecturer comment ce crâne avait pu être introduit dans l’intérieur de l’arbre. L’animal auquel il avait appartenu devait être énorme, si l’on en juge par ses dimensions ; la cavité qui renfermait le cerveau a environ quatre pouces de diamètre.
 
 
LICORNE QUATERLY TABLETTES
 

– Nous allons enfin savoir à quoi nous en tenir sur l’existence des syrènes. Le Star, journal anglais, annonce que le capitaine du Vigo a rapporté de Bencooles un de ces poissons à forme humaine dans sa partie supérieure, et dont le bas du corps ressemble à celui des dauphins.
 
 
OURS 2 TABLETTES
 

– On se rappelle encore l’effroi causé par l’apparition d’un serpent marin sur les côtes de l’Amérique septentrionale. Ce monstre s’étant jeté sur le pont d’un gros navire, en avait fait fuir l’équipage. Le seul marin qui avait eu le courage de lui tirer un coup d’espingole, l’ayant manqué, le serpent le saisit et le porta comme un trait au fond de la mer. Voici une autre relation sur un de ces reptiles redoutables ; on assure qu’il a plus de 500 pieds de long ; que son corps est au moins de la grosseur de deux muids ; qu’il se tient toujours au fond de l’eau, excepté en juillet et en août, qui sont les mois où il fraie : encore ne s’élève-t-il à la surface que lorsque le temps est calme ; alors on voit, dans la même direction que sa tête, quelques petites portions de son dos, qui paraissent quand il se plie, et semblent de loin autant de tonneaux flottant sur une même ligne, à une distance considérable l’un de l’autre.

Ce monstre a le front haut et large, le museau aplati comme celui du cheval, et de grandes narines, d’où sortent de longs poils comme des moustaches. Ses yeux sont gros, de couleur bleue, et luisent comme deux boules d’argent : tout l’animal est d’un brun foncé, parsemé de taches plus claires, qui brillent comme des écailles de tortue.

L’expérience a fait connaître que la chair de castor, l’assa fetida, ou toute autre matière qui a l’odeur forte, suffisent pour faire fuir cette espèce, que le séjour dans les mers des côtes de Norwège rend très dangereuse.
 

– On a remarqué que les grands serpents de l’Inde, de l’Afrique et de l’Amérique, répandent sur leur proie une telle force d’attraction, que l’on a vu des chasseurs être asphyxiés ou entraînés par ces monstres. La seule détonation d’une arme à feu suffit pour rompre la colonne d’air et faire trouver le salut.
 
 
LIC
 

_____

 
 

(in Tablettes universelles ; répertoire des événements, des nouvelles, et de tout ce qui concerne l’histoire, les sciences et les arts, avec une bibliographie générale, par une société d’hommes de lettres, dirigé et publié par J.-B. Gouriet, tomes IV, VII-IX et X-XII, 1821)