Monstre antédiluvien ou canard commencement de siècle — Une ville saccagée

— Le télégraphe sauveur.

 
 

[Une histoire abracadabrante nous vient de Dawson-City, capitale du Klondyke, la ville merveilleuse qui a poussé depuis quatre ans à peine dans la presqu’île d’Alaska. Nous la dédions à Jules Verne, de qui elle dépasse les plus mirifiques inventions, et nous la publions à cette place, telle qu’on nous la transmet de Londres, mais avec les réserves d’usage :]
 

Londres, 16 avril. — De notre correspondant particulier. — Une lettre vient d’arriver ici de Dawson-City qui nous raconte les exploits extraordinaires d’un mastodonte, ressuscité, semble-t-il, après quelques milliers de siècles.

Cet animal gigantesque et formidablement armé vient de jeter la terreur dans
 l’Alaska. Il a démoli un hôtel de fond en comble et a piétiné plusieurs maisons qu’il
 a réduites en poudre. Ayant rencontré sur
 son chemin des chiens et même des chevaux, il s’est mis à jouer à la balle avec eux en les envoyant en l’air à coups de
 défenses.

Fort heureusement, il s’est avisé de s’attaquer aux fils télégraphiques pour les arracher, et s’est ainsi fait foudroyer.

Sa peau, à elle seule, pesait onze cents livres, et son squelette, qu’on expose en ce moment, a quinze pieds de haut.

Le quartier de la ville où il a été tué semble avoir subi un tremblement de terre.
 
 

_____

 
 

(in Le Matin, derniers télégrammes de la nuit, dix-huitième année, n° 6261, mercredi 17 avril 1901. Indien Osage se tenant sous un squelette de mastodonte à Big Bone River, Missouri, c. 1843 ; gravure illustrant Les Animaux Excentriques d’Henri Coupin, Paris : Vuibert et Nony, 1903)