À l’exposition de Chicago figura un collier unique au monde, propriété fantastique d’un riche négociant de la ville. Ce collier sans pareil se compose de trois rangées d’yeux humains parfaitement conservés, polis et enchâssés dans une merveilleuse monture d’or vierge.

    Après l’exposition de Chicago, ce collier excentrique fut acheté par une dame anglaise qui le céda plus tard à un gentilhomme russe. Ce dernier, paraît-il, vient d’en faire hommage à l’une de nos grandes actrices, dont le musée quelque peu macabre est des plus curieux.

    Les yeux de ce collier étrange ont été pris aux momies découvertes dans les sépultures des Incas au Pérou. Rien n’égale, dit-on, le charme et la douceur de cet étrange ornement.

   (Du journal de Buenos Aires)

  Communiqué par Primevère, Neuilly-sur-Seine.

_____

 

(Le Pêle-Mêle, 11 février 1895)