LOUP BLOG CLOURIER

 

 

Tous dorment au château, dames et cavaliers.

L’amant sort de sa chambre, il s’enfonce dans l’ombre,

Sur la pointe des pieds, dans le corridor sombre,

Tient la rampe et descend en comptant les paliers.

 

Il ralentit ses pas le long des escaliers ;

Son cœur tressaute au bruit des craquements sans nombre ;

Il va tâtant les murs pour éviter l’encombre,

Ainsi qu’un maraudeur palpe les espaliers.

 

Sa main rencontre, enfin, quelque chose qui cède

En grinçant sur des gonds. La crainte qui l’obsède

S’évanouit. Il entre, il pousse le verrou…

 

Madame, ces garçons, vraiment, sont pleins d’audace.

Et, la nuit, sans scrupule, ils font le loup-garou.

Aussi j’aurais fermé ma porte, à votre place.

 

_____

 

(Claudius Popelin, Poésies complètes, Paris : G. Charpentier, 1889)