CAPU1

 

Dansons la capucine !

Y a pus d’ parents chez nous :

Maman est à l’usine,

Papa est chez les fous,

You !

Dansons la capucine,

Ou bien jouons à coucou ;

La faim nous assassine,

Le froid nous tord le cou.

 
 

La sal’ fièvr’ nous lancine

Et nous met sens d’ssus d’ssous ;

Pour ach’ter d’ la méd’cine,

Nous n’avons pas d’ gros sous,

You !

On s’arrach’ la poitrine,

Déchiré’ par la toux ;

Nous n’avons pas d’ farine,

Afin d’ fair’ du pain roux.

 
 

Y en a chez la voisine,

Y a mêm’ de beaux joujoux ;

On s’amuse, on cuisine,

Mais ce n’est pas pour nous,

You !

Y en a qu’une mèr’ câline

Et berc’ sur ses genoux,

Qu’ont des rob’s de mouss’line ;

Sûr’ment, ça n’est pas nous.

 
 

Voir toujours la famine,

Ça vous rend très jaloux ;

On enrage, on rumine

Des carnag’s comm’ les loups,

You !

La vie est un’ gredine

Et les homm’s des voyous :

Nous voudrions qu’on dîne

D’autr’ chos’ que des cailloux.

 
 

Dansons la capucine !

La mort aux yeux si doux

Est là qui nous fascine,

Nous irons dans des trous ;

You !

Dansons la capucine ;

Car nous mang’rons les choux

Bientôt par la racine ;

C’est assez bon pour nous !

 

CAPU2

 

_____

 

(Eugène Héros, Les Lyriques, Paris : P.-V. Stock, 1898)