GIOR5
 

Le 28 septembre 1907, en fin d’après-midi, le peintre Felice Del Santo affirma avoir rencontré une étrange créature, alors qu’il travaillait dans l’enceinte du Castello di San Giorgio. Ce fait-divers fut aussitôt repris par la presse locale, et la Gazette communale de la Spezia promit même une récompense à celui qui capturerait la bête mystérieuse – mais en vain ; l’animal demeura introuvable. Un entrefilet parut à la même époque dans les colonnes du Dix-neuvième Siècle ; il nous a paru intéressant de le reproduire.
 

MONSIEUR N.

 
 

UN ANIMAL BIZARRE

 

_____

 

(De notre correspondant particulier.)

 

SPEZIA, ler octobre. – En travaillant à la restauration des fresques au vieux château de San Giorgio, le professeur des Beaux-Arts, M. Delsanto [sic] a vu soudainement apparaître devant lui un animal fort étrange dont le corps était long de deux mètres et dont la queue mesurait presque quatre mètres. La tête ressemblait à celle d’un chien. Les jambes de devant étaient relativement très courtes, mais celles de derrière avaient une hauteur d’un mètre.

Malgré la forte impression que l’aspect de la bête lui a faite, le professeur Delsanto s’est mis à en prendre un croquis.

L’animal, à peine le dessin terminé, s’est lancé dans une large ouverture des roches près du château et a disparu. Plusieurs paysans prétendent l’avoir aperçu il y a trois ans.

À en juger le portrait fait par le professeur, il ressemblerait à ces marsupiaux de l’époque préhistorique dont l’image a été reconstituée par plusieurs paléontologues, d’après les restes fossiles trouvés jusqu’ici.
 

_____

 

(in Le Dix-neuvième Siècle, journal quotidien politique et littéraire, n° 13719, jeudi 3 octobre 1907)