Paris, le 22 Avril.

 
 

La mort récente de Darwin donne comme un regain d’actualité à une histoire arrivée à l’un de ses plus fervents disciples d’Allemagne, le docteur von Schlauffsen.
 

*

 

On sait combien fut vive la polémique suscitée par les Origines de l’homme au moment de leur apparition. Bon nombre de savants allemands, poussant les déductions scientifiques de Darwin jusqu’à leurs extrêmes conséquences, soutinrent mordicus par la plume et la parole, que l’homme n’était qu’un singe à peine perfectionné.

Parmi ces fervents se trouvait au premier rang le professeur Von Schlauffsen de l’Université d’Iéna.
 

*

 

Dans un congrès de savants où devaient se trouver les plus redoutables de ses contradicteurs, le professeur Von Schlauffsen avait juré de réduire à néant toutes leurs argumentations, et de proclamer la véritable descendance de l’homme.

Il était venu s’asseoir à son banc, revêtu de sa splendide toge brodée d’or, et pendant un nombre d’heures fort respectable, il avait entassé faits sur faits, documents sur documents, observations sur observations, tout cela avec une érudition telle que ses adversaires, vaincus, avaient dû s’incliner et confesser le Darwinisme.

Le professeur rentrait donc chez lui, après cette longue et fatigante séance, l’esprit encore tout plein des raisonnements impeccables qu’il venait d’échafauder.
 

*

 

Tout d’un coup, les passants le virent avec stupéfaction enlever l’un après l’autre tous ses vêtements, en accompagnant cette action de gestes étranges. Accroupi sur le trottoir, il s’efforçait d’ôter ses bottes et apportait à cette opération une attention si soutenue qu’il tirait une langue d’un pied.

Quand il eut réussi à se débarrasser de ses vêtements les plus intimes, il saisit sa canne et recommença sa promenade, marchant à quatre pattes, s’arrêtant tout à coup pour se gratter énergiquement, comme le font les singes, et conservant au milieu de ce manège la plus imperturbable gravité.
 

*

 

La police fut bientôt à ses trousses, mais il semblait que l’infortuné professeur eût acquis du même coup l’agilité de l’animal qu’il imitait. Il escaladait les étages, courait sur les toits, descendait le long des gouttières, en s’arrêtant de place en place pour jeter un coup d’œil narquois sur ses poursuivants essoufflés.

Quand on parvint à se saisir de lui, il se laissa arrêter sans résistance et s’évanouit. C’est dans cet état qu’il fut porté à son domicile.
 

*

 

Le lendemain, il s’éveillait, frais et dispos, n’ayant gardé aucun souvenir de sa folie de la veille, et reprenait avec le même succès le cours d’anthropologie, qu’il exerce encore aujourd’hui.
 
 

 

–––––

 
 

(« Midi, » in Le Petit Quotidien, deuxième année, n° 111, dimanche 23 avril 1882. Caricature d’Edward Linley Sambourne, « Suggested Illustration for Movements and Habits of Climbing Plants » de Charles Darwin, parue dans Punch, or the London Charivari, Volume 69, juillet–décembre 1875 ; Paul D. Stewart, « Darwin On Chimpanzee Emotions, » photographie, 2016)